ALIETTE JAMART

 

 

 

 

Débarquée à Pointe-Noire le 3 août 1963, rien ne laissait présager l’engagement de celle-ci envers les chimpanzés et la faune sauvage.

La rencontre avec Coucou, début 1989, un chimpanzé élevé par un européen a été le facteur déclencheur.

 

Le regard des chimpanzés prisonniers derrière leur barreau, dans des cages immondes, au zoo de Pointe-Noire a achevé de bouleverser sa vie. Elle leur avait promis de les sortir de là, morts ou vifs et elle n’a eu de cesse depuis le 28 août 1989, date de sa première visite au zoo, de tenir son engagement.

 

 

Le zoo municipal de Pointe-Noire a été fermé, les terrains affectés à la construction.

La nursery de fait a débuté à PN, dans sa maison, en mai 1989.

 

Jeannette, le premier chimpanzé sorti du zoo, a retrouvé sa forêt en 1996 après avoir passé des années sur une île boisée attribuée par le ministère de tutelle, dans le site dénommé « sanctuaire ».

C’était la première réintroduction dans le milieu naturel qui avait lieu, une réintroduction qui s’est avérée être une réussite et qui est devenue depuis un modèle d’espoir pour tous les chimpanzés nés libres et maintenus en captivité sur le continent africain.….

 

Aliette Jamart en 2013, un nouveau-né dans les bras,

arraché à sa mère par l’un de nos mâles.

La maman a finalement pu retrouver son petit.

 

Afin de réconcilier les populations avec les chimpanzés, Aliette se tourne vers le développement durable et le reboisement, convaincue que le développement passe par le reboisement et que "nous ne sauverons pas les chimpanzés si la forêt se meurt".

 

.