Le (très) vieux Blackberry du triangle ne pouvant plus recevoir de mails, pas facile du tout d’avoir des nouvelles depuis quelques temps….

Voici les dernières :

Louzolo a renoncé à sa solitude et désormais se trouve toujours en compagnie des femelles, Lucie, Agathe, Jeannette, Cheyenne, Perlette, et des jeunes. Les groupes se forment et se changent au gré des humeurs de chacun, mais la tendance est aux grands groupes et aux longs parcours sinueux en forêt. Beaucoup de grandes marches en effet pour l’équipe du suivi car Lucie et Agathe sont revenues en chaleur. Lucie se sent irrémédiablement attirée par les chimpanzés sauvages qu’elle piste souvent… très très loin du camp ! Visites des endroits retirés de la forêt à la rencontre des groupes de sauvages, aller-retours et trajets en tous sens, marches folles, coups de stress, et comme Louzolo et Kissiwu suivent, et NGongo quand le groupe est au complet, parfois un peu trop téméraires, il faut être vigilant, rester sur le qui-vive, accentuer la surveillance et parfois passer en mode «journées continues». Ce qui n’est pas de tout repos, surtout à la saison des pluies où les layons (et le camp) sont souvent inondés. Quelques déviations ont du être faites au niveau des chemins pour éviter des galères de boue ! Mais les kilomètres s’accumulent et la fatigue se fait sentir…

 

 

NGongo, blessé lors d’une bagarre, récupère rapidement et n’est pas le dernier pour faire le fou avec Loanga, NGuemba et Kissiwu. Celui-ci, parfois un peu brutal avec NGuemba, se fait corriger par Louzolo qui lui tape des grosses tiges d’Aframomum sur la tête quand il y va trop fort avec la petite. Et lorsque c’est NGongo qui chahute trop avec la petite et très joueuse Loanga, c’est Agathe, très proche de sa fille, qui intervient !

Après les Irvingia et Nauclea, les Salacia, Warneckea, Pachypodanthium, Dialium et Moabi fructifient à leur tour : des fruits à profusion, une super saison se prépare pour les chimpanzés libres en forêt ! Tessie et Kouilou en profitent elles aussi pour s’empiffrer, notamment des fruits des Santiria qui abondent de partout.

Au bivouac, les femelles vont bien, avec là aussi beaucoup de fruits en forêt. Au sanctuaire les touristes sont venus nombreux pour les fêtes de fin d’année. Le travail a été plus qu’intense avec un nombre réduit de personnel et de bénévoles. Notre vieux Pépère, lui, a passé de bonnes fêtes de fin d'année, heureux d’avoir retrouvé Charlotte pour les nourrissages. Tous se portent bien.

 

A bientôt...

 

.